Covid-19

Règles du forum
Atomes tourmentés sur cet amas de boue,
Que la mort engloutit et dont le sort se joue,
Mais atomes pensants, atomes dont les yeux,
Guidés par la pensée, ont mesuré les cieux ;

(Voltaire, extrait du Poème sur le désastre de Lisbonne)
Répondre
Avatar du membre
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4086
Enregistré le : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Covid-19

Message par Montparnasse »

Interview avec un ancien chercheur en pharmacie.

« Le confinement, qui est le prix à payer par la population pour la branquignolerie et l’avidité de ses dirigeants... »

« Enfin, et je dirais surtout au vu de la logique de ceux qui nous gouvernent, il faut savoir que le test a le malheur d’être remboursé par la sécurité sociale. Tester 67 millions de personnes à un centaine d’euros le test coûterait « un pognon de dingue ». »
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar du membre
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4086
Enregistré le : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Covid-19

Message par Montparnasse »

Il est en théorie un million de fois plus puissant que l’ordinateur portable le plus rapide sur le marché. Summit, le supercalculateur d’IBM, est utilisé par des chercheurs du laboratoire national d’Oak Ridge, dans le Tennessee, pour détecter des composés médicamenteux à même d’empêcher le coronavirus de se propager à d’autres cellules, rapporte CNN.

En l’occurrence, le supercalculateur a effectué des simulations sur plus de 8.000 composés. Pour l’heure, 77 d’entre eux ont été jugés à même de limiter la propagation du virus. Tous ont été classés en fonction de leur probabilité d’y parvenir, relate le laboratoire en question.

Les chercheurs d’Oak Ridge, qui ont publié leurs résultats dans la revue ChemRxiv, réitèreront sous peu leur expérience, cette fois-ci avec un modèle affiné du virus, publié ce mois-ci.
Ils avaient par le passé recouru à Summit pour mieux anticiper la maladie d’Alzheimer, analyser des gènes associés à la dépendance aux opioïdes ou encore prédire des conditions météorologiques extrêmes, en se basant sur des simulations et données climatiques.

Les chercheurs reconnaissent être pour l’heure loin du compte, en matière de lutte contre le coronavirus. "Nos résultats ne signifient pas que nous ayons trouvé un remède ou un traitement pour le coronavirus", a déclaré Jeremy Smith, directeur de l’Université du Tennessee et du laboratoire d’Oak Ridge, dans un communiqué.

"Nous espérons toutefois que nos résultats de calcul éclaireront les études futures et fourniront un cadre utile aux chercheurs, pour étudier ces composés plus en profondeur", tempère-t-il. "Ce n’est qu’à ce moment-là que nous saurons si l’un d’entre eux présente les caractéristiques nécessaires pour atténuer ce virus". (source : BFM)

Image
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Répondre