La Bible

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

La Bible

Message par Montparnasse »

1 Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs, que l'Éternel Dieu avait faits. Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ?

2 La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin.

3 Mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n'en mangerez point et vous n'y toucherez point, de peur que vous ne mouriez.

4 Alors le serpent dit à la femme : Vous ne mourrez point ;

5 mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.

6 La femme vit que l'arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu'il était précieux pour ouvrir l'intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d'elle, et il en mangea.

7 Les yeux de l'un et de l'autre s'ouvrirent, ils connurent qu'ils étaient nus, et ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des ceintures.

8 Alors ils entendirent la voix de l'Éternel Dieu, qui parcourait le jardin vers le soir, et l'homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l'Éternel Dieu, au milieu des arbres du jardin.

9 Mais l'Éternel Dieu appela l'homme, et lui dit : Où es-tu ?

10 Il répondit : J'ai entendu ta voix dans le jardin, et j'ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché.

11 Et l'Éternel Dieu dit : Qui t'a appris que tu es nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger ?

12 L'homme répondit : La femme que tu as mise auprès de moi m'a donné de l'arbre, et j'en ai mangé.

13 Et l'Éternel Dieu dit à la femme : Pourquoi as-tu fait cela ? La femme répondit : Le serpent m'a séduite, et j'en ai mangé.

14 L'Éternel Dieu dit au serpent : Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie.

15 Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

16 Il dit à la femme : J'augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.

17 Il dit à l'homme : Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l'arbre au sujet duquel je t'avais donné cet ordre : Tu n'en mangeras point ! le sol sera maudit à cause de toi. C'est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie,

18 il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l'herbe des champs.

19 C'est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu'à ce que tu retournes dans la terre, d'où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.

20 Adam donna à sa femme le nom d'Eve : car elle a été la mère de tous les vivants.

21 L'Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit.

22 L'Éternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d'avancer sa main, de prendre de l'arbre de vie, d'en manger, et de vivre éternellement.

23 Et l'Éternel Dieu le chassa du jardin d'Éden, pour qu'il cultivât la terre, d'où il avait été pris.

24 C'est ainsi qu'il chassa Adam ; et il mit à l'orient du jardin d'Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l'arbre de vie.

(Ancien testament, La Genèse, extrait)
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

La Bible

Message par Montparnasse »

Deutéronome

34


1 Moïse se dirigea des plaines de Moab vers le mont Nébo, et monta au sommet du Pisga qui est en face de Jéricho. Et l’Éternel lui fit contempler tout le pays : le Galaad jusqu’à Dan,

2 tout Nephtali, le territoire d’Ephraïm et de Manassé, et le territoire entier de Juda jusqu’à la mer ultérieure ;

3 puis le midi, le bassin du Jourdain, la vallée de Jéricho, ville des palmiers, jusqu’à Çoar.

4 Et l’Éternel lui dit : "C’est là le pays que j’ai promis par serment à Abraham, à Isaac et à Jacob, en disant : je le donnerai à votre postérité. Je te l’ai fait voir de tes yeux, mais tu n’y entreras point."

5 C’est donc là que mourut Moïse, le serviteur de l’Éternel, dans le pays de Moab, sur l’ordre du Seigneur.

6 Il fut enseveli dans la vallée du pays de Moab qui fait face à Beth-Peor ; mais nul n’a connu sa sépulture jusqu’à ce jour.

7 Moïse était âgé de cent vingt ans lorsqu’il mourut ; son regard ne s’était point terni, et sa vigueur n’était point épuisée.

8 Les enfants d’Israël pleurèrent Moïse, dans les plaines de Moab, trente jours, épuisant complètement le temps des pleurs, le deuil de Moïse.

9 Or, Josué, fils de Noun, était plein de l’esprit de sagesse, parce que Moïse lui avait imposé les mains ; et les enfants d’Israël lui obéirent et agirent comme l’Éternel l’avait prescrit à Moïse.

10 Mais il n’a plus paru, en Israël, un prophète tel que Moïse, avec qui le Seigneur avait communiqué face à face,

11 eu égard à tant de signes et de prodiges que le Seigneur lui donna mission d’opérer en Égypte, sur Pharaon, ses serviteurs et son pays entier ;

12 ainsi qu’à cette main puissante, et à toutes ces imposantes merveilles, que Moïse accomplit aux yeux de tout Israël.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Bible

Message par Montparnasse »

Job

Chapitre 1



1 Il y avait dans le pays d’Ouç un homme du nom de
Job ; cet homme était intègre et droit, craignant Dieu et
évitant le mal.
2 Il lui était né sept fils et trois filles.
3 Il possédait sept mille brebis, trois mille chameaux,
cinq cents paires de bœufs, cinq cents ânesses et de très
nombreux gens de service. Et cet homme était le plus
considérable de tous les habitants de l’Orient.
4 Ses fils avaient coutume d’organiser un festin dans la
maison de chacun d’eux à tour de rôle ; ils faisaient aussi
convier leurs trois sœurs à manger et à boire avec eux.
5 Et lorsque le cycle de ces jours de festin était révolu,
Job envoyait chercher ses fils pour les purifier ; il se levait
de grand matin et offrait un holocauste pour chacun d’eux,
car Job se disait : "Peut-être mes enfants auront-ils commis
quelque péché et renié Dieu en leur cœur." C’est ainsi
qu’agissait Job en tout temps.
6 Or, un jour les fils de Dieu vinrent se présenter devant
l’Éternel, et le Satan, lui aussi, vint au milieu d’eux.
7 L’Éternel dit au Satan : "D’où viens-tu ?" Le Satan
répondit au Seigneur et dit : "J’ai visité la terre et l’ai
parcourue en tous sens."
8 L’Éternel demanda au Satan : "As-tu porté ton attention
sur mon serviteur Job ? Certes, il n’a point son pareil sur la
terre, tellement il est un homme intègre et droit, craignant
Dieu et évitant le mal."
9 Le Satan répliqua au Seigneur et dit : "Est-ce donc
gratuitement que Job craint Dieu ?
10 N’as-tu pas élevé comme une haie tutélaire autour de
lui, de sa maison et de tout ce qui lui appartient ? Tu as béni
l’œuvre de ses mains, et ses troupeaux se répandent dans le
pays.
11 Or ça, étends une fois ta main et touche tout ce qui est
à lui ; tu verras s’il ne te reniera pas en face."
12 L’Éternel répondit au Satan : "Eh bien ! Tout ce qui lui
appartient est en ton pouvoir ; seulement, tu ne le toucheras
pas lui-même." Et le Satan se retira de devant la face de
l’Éternel.
13 Un jour donc que les fils et les filles de Job
mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère
aîné,
14 un messager aborda Job et lui dit : "Les bœufs étaient
en train de labourer et les ânesses paissaient à côté d’eux,
15 quand les Sabéens ont fait irruption et les ont enlevés ;
quant aux esclaves, ils les ont passés au fil de l’épée ; moi
seul j’ai pu m’échapper et te l’annoncer."
16 Il n’avait pas achevé de parler qu’un autre survient et
dit : "Un feu de Dieu est tombé du ciel, embrasant les brebis
et les esclaves, et a tout consumé. Moi seul j’ai pu
m’échapper et te l’annoncer."
17 Il parlait encore qu’un autre arrive et dit : "Des
Chaldéens, ayant formé trois bandes, se sont jetés sur les
chameaux et les ont enlevés ; quant aux esclaves, ils les ont
passés au fil de l’épée. Moi seul j’ai pu m’échapper et te
l’annoncer."
18 Il n’avait pas fini de parler qu’un autre survient et dit :
"Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient dans la maison
de leur frère aîné,
19 et voilà qu’un vent violent, venant de l’autre côté du
désert, a ébranlé les quatre angles de la maison ; elle s’est
écroulée sur les jeunes gens, et ils ont péri. Moi seul, j’ai pu
m’échapper et te l’annoncer."
20 Job se leva, déchira sa tunique, se rasa la tête, se jeta à
terre et resta prosterné.
21 Il dit : " Nu je suis sorti du sein de ma mère, et nu j’y
rentrerai. L’Éternel avait donné, l’Éternel a repris, que le
nom de l’Éternel soit béni !"
22 En dépit de tout, Job ne faillit point et n’imputa pas
d’injustice à Dieu.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Bible

Message par Montparnasse »

Chapitre 2



1 Or, le jour arriva où les fils de Dieu vinrent se présenter
devant l’Éternel. Le Satan lui aussi vint au milieu d’eux
pour se présenter à l’Éternel.
2 L’Éternel dit au Satan : "D’où viens-tu ?" Le Satan
répondit : "J’ai visité la terre et l’ai parcourue en tous sens."
3 L’Éternel demanda au Satan : " As-tu porté ton
attention sur mon serviteur Job ? Certes, il n’a point son
pareil sur la terre, tellement il est un homme intègre et droit,
craignant Dieu et évitant le mal. Il persiste encore dans sa
piété, bien que tu m’aies incité à le ruiner sans motif."
4 Le Satan répliqua à l’Éternel en disant : "Peau pour
peau ! Tout ce que possède l’homme, il le donne pour
sauver sa vie.
5 Or çà, étends donc ta main et atteins-le dans ses os et
dans sa chair : tu verras s’il ne te reniera pas en face."
6 L’Éternel répondit au Satan : "Eh bien ! Il est en ton
pouvoir ; seulement respecte sa vie."
7 Le Satan se retira d’auprès de l’Éternel, et il frappa Job
d’une lèpre maligne depuis la plante des pieds jusqu’au
sommet de la tête.
8 Job prit un tesson pour se gratter, tandis qu’il était assis
dans la cendre.
9 Sa femme lui dit : "Persévères-tu encore dans ta piété ?
Renie Dieu et meurs "
10 Il lui répondit : "Tu parles comme ferait une femme
aux sentiments bas. Quoi ! Le bien nous l’acceptons de la
main de Dieu, et le mal, nous ne l’accepterions pas !" En
dépit de tout, Job ne pécha pas avec ses lèvres.
11 Les trois amis de Job, ayant appris tous ces revers qui
avaient fondu sur lui, vinrent chacun du lieu de sa
résidence, Eliphaz de Têmân, Bildad de Chouha et Çophar
de Naama ; ils se concertèrent ensemble pour aller lui
apporter leurs condoléances et leurs consolations.
12 De loin, ils levèrent les yeux et eurent peine à le
reconnaître. Aussitôt ils élevèrent la voix et se mirent à
pleurer ; ils déchirèrent tous trois leur tunique et lancèrent
en l’air de la poussière qui retomba sur leur tête.
13 Durant sept jours et sept nuits, ils restèrent avec lui,
assis à terre personne n’osait lui adresser la parole, car ils
voyaient combien la douleur était accablante :


Chapitre 3


1 Après cela, Job ouvrit la bouche et maudit le jour de sa
naissance.
2 Job prit la parole et dit :
3 Périsse le jour où je suis né, la nuit qui a dit : "Un
homme a été conçu !"
4 Que ce jour-là ne soit que ténèbres ! Que Dieu ne
daigne s’y intéresser du haut de sa demeure, et qu’aucune
lueur ne l’éclaire !
5 Que l’obscurité et l’ombre de la mort le revendiquent
comme leur, qu’une épaisse nuée pèse sur lui, et que des
éclipses de soleil en fassent un objet d’épouvante !
6 Cette nuit-là, que de profondes ténèbres s’en saisissent,
qu’elle ne prenne pas rang parmi les jours de l’année et
n’entre pas dans le compte des mois !
7 Oui, que cette nuit-là soit condamnée à la solitude, et
que nul chant ne s’y élève !
8 Puisse-t-elle être exécrée par ceux qui maudissent le
jour et possèdent le secret d’éveiller le Léviathan !
9 Que les étoiles de son aube matinale demeurent
obscures, qu’elle attende vainement la lumière et ne voie
point s’ouvrir les paupières de l’aurore,
10 pour n’avoir pas tenu closes les portes du sein qui
m’avait conçu et caché la misère à mes regards !
11 Que ne suis-je mort dès le sein de ma mère ? Que
n’ai-je rendu le dernier soupir en me détachant de ses
flancs ?
12 Pourquoi deux genoux m’ont-ils recueilli ? A quoi
bon des mamelles pour m’allaiter ?
13 A présent je serais couché dans une paix profonde, je
dormirais et jouirais du repos,
14 en compagnie des rois et des arbitres de la terre, qui se
bâtissent des monuments destinés à la ruine,
15 ou bien des grands qui ont possédé de l’or et rempli
d’argent leurs maisons.
16 Ou encore, que n’ai-je été comme l’avorton qu’on,
enfouit, comme ces petits enfants qui n’ont pas aperçu la
lumière ?
17 Là, les méchants mettent un terme à leur violence, là ;
se reposent ceux dont les forces sont à bout.
18 Là aussi, les captifs sont en paix, sans plus entendre la
voix d’un maître despotique.
19 Petits et grands y sont confondus, et l’esclave est
libéré de son maître.
20 Pourquoi octroie-t-on la lumière au misérable, et la
vie à ceux dont l’âme est pleine d’amertume,
21 qui appellent de leurs vœux la mort, qui les fuit, et la
cherchent plus avidement que des trésors,
22 qui ressentent des transports de joie et sont dans
l’allégresse, dès qu’ils obtiennent une tombe ;
23 à l’homme enfin dont la destinée est voilée et que
Dieu a confiné comme dans un enclos ?
24 Aussi bien, je ne mange pas un morceau de pain que
mes sanglots n’éclatent, et que mes plaintes ne se répandent
comme l’eau.
25 C’est que tout malheur dont j’avais peur fond sur
moi ; ce que je redoutais vient m’assaillir.
26 Je ne connais plus ni paix, ni sécurité, ni repos : les
tourments m’ont envahi.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Bible

Message par Montparnasse »

Chapitre 7

1 Ah ! Certes, l’homme sur terre a une corvée de soldat,
ses jours sont comme les jours d’un mercenaire.
2 Il est tel qu’un esclave qui aspire à un peu d’ombre, un
mercenaire qui attend son salaire.
3 C’est ainsi que j’ai eu en partage des mois de misère et
qu’on m’a compté des nuits de souffrance.
4 Lorsque je suis couché et que je dis : "Quand me
lèverai-je ?" la soirée s’allonge, et je suis rassasié
d’insomnies jusqu’à l’aube matinale.
5 Mon corps est revêtu de vermine et de croûtes
terreuses, ma peau est crevassée et se dissout.
6 Mes jours s’enfuient, plus rapides que la navette, et
s’évanouissent sans espoir.
7 Souviens-toi ô Dieu, que ma vie est un souffle : mon
œil ne verra plus le bonheur.
8 Le regard qui m’a aperçu ne se posera plus sur moi tu
me fixes de ton regard, et c’en est fait de moi.
9 La nuée se dissipe et disparaît ; ainsi celui qui descend
au Cheol n’en remonte plus.
10 Il ne retourne plus dans sa maison, et sa demeure ne le
reconnaît plus.
11 Aussi ne mettrai-je pas de frein à ma bouche : je veux
parler dans la détresse de mon esprit, me plaindre dans
l’amertume de mon âme.
12 Suis-je donc la mer ou bien un monstre marin, que tu
poses une barrière autour de moi ?
13 Quand je m’imagine que mon lit me consolera, que
ma couche enlèvera quelque peu de ma douleur,
14 tu m’effraies par des songes, tu m’épouvantes par des
visions,
15 de sorte que mon âme souhaite une fin violente,
préférant le trépas, à ce corps misérable.
16 Je suis plein de dégoût : je ne vivrai pas éternellement,
donne-moi quelque relâche, car mes jours ne sont qu’un
souffle.
17 Qu’est-ce que le mortel que tu le prises tant et portes
ton attention sur lui ?
18 Pourquoi lui demander des comptes chaque matin et
l’éprouver à tout instant ?
19 Jusqu’à quand refuseras-tu de te détourner de moi et
de me laisser respirer assez de temps pour avaler ma salive ?
20 Si j’ai failli, qu’ai-je fait contre-toi, ô sévère gardien
des hommes ? Pourquoi me prendre comme ta cible et faire
que je sois à charge à moi-même ?
21 Que ne pardonnes-tu ma faute, que n’effaces-tu mon
péché ? Bien vite je serais couché dans la poussière : tu me
chercherais, et je n’y serais plus.


Chapitre 8

1 Bildad de Chouha prit la parole et dit :
2 Combien de temps encore tiendras-tu ces discours, et
les paroles de ta bouche seront-elles comme un vent
impétueux ?
3 Dieu fait-il fléchir le bon droit ? Le Tout-Puissant
fausse-t-il la justice ?
4 Si tes fils lui ont manqué, il les aura laissés succomber
sous ’le poids de leur faute.
5 Mais si toi, tu te mets à la recherche de Dieu, si tu te
tournes en suppliant vers le Tout-Puissant,
6 si tu es innocent et droit, ah ! certes, sa bonté
s’éveillera en ta faveur, il rendra la paix à la demeure qui
abrite ta piété.
7 Humbles auront été tes débuts, mais combien brillant
sera ton avenir !
8 Interroge, en effet, les générations primitives, fais appel
à l’expérience de leurs ancêtres :
9 nous, nous ne sommes que d’hier et nous ne savons
rien, car nos jours sur la terre ne sont qu’une ombre.
10 Eh bien ! Ils t’instruiront, eux, ils te parleront et du
fond de leur cœur ils tireront ce discours :
11 "Le papyrus pousse-t-il en l’absence de marais, le jonc
se développe-t-il sans eau ?
12 A peine monté en tige, alors qu’il ne peut être coupé,
il devient sec avant toute autre herbe."
13 Tel est le sort de ceux qui oublient Dieu : l’espoir de
l’impie sera déçu.
14 Sa confiance sera brisée et son assurance n’est qu’une
toile d’araignée.
15 Il s’appuiera sur sa maison, mais elle ne tiendra pas
debout ; il s’y cramponnera, mais elle ne résistera point.
16 Qu’il maintienne même sa sève sous les rayons du
soleil et étende ses rejetons à travers son jardin ;
17 que ses racines s’entrelacent autour du roc et percent
jusqu’à la couche de pierres,
18 dès qu’on l’arrache de sa place, celle-ci le reniera en
disant : " Je ne t’ai jamais vu !"
19 Vois, c’est là le triomphe de sa destinée ; d’autres
pousseront sur ce même sol.
20 C’est que Dieu ne repousse pas l’homme intègre, pas
plus qu’il n’accorde l’appui de sa main aux malfaiteurs.
21 Il finira pas remplir ta bouche de joie et tes lèvres de
cris de victoire.
22 Tes ennemis seront couverts de honte : la tente des
méchants ne sera plus.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4119
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: La Bible

Message par Montparnasse »

Chroniques 2


Chapitre 13



13 Alors Jéroboam fit avancer les troupes placées en
embuscade pour prendre [ses adversaires] à revers ; son
armée faisait face à Juda et la troupe en embuscade était
derrière eux.
14 Les hommes de Juda firent volte-face ; et voilà qu’ils
eurent à combattre devant et derrière. Ils invoquèrent
l’Éternel, et les prêtres firent retentir les trompettes.
15 En même temps, les hommes de Juda poussèrent des
cris de guerre et, à la suite de ces clameurs, Dieu fit
succomber Jéroboam et tout Israël devant Abiyya et Juda.
16 Les enfants d’Israël s’enfuirent donc devant Juda, aux
mains de qui Dieu les livra.
17 Abiyya et son peuple leur infligèrent une grande
défaite ; cinq cent mille hommes d’élite tombèrent, en
Israël, frappés à mort.
18 Les enfants d’Israël furent humiliés en ce temps-là,
tandis que les fils de Juda furent victorieux pour s’être
appuyés sur l’Éternel, Dieu de leurs pères.
19 Abiyya se mit à la poursuite de Jéroboam et lui prit
des villes : Beth-El et ses bourgades, Yechana et ses
bourgades, Ephraïm et ses bourgades.
20 Jéroboam n’osa plus rien entreprendre du vivant
d’Abiyya. L’Éternel le frappa, et il mourut.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Répondre