De quel film sont tirés ces dialogues ?

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4046
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: De quel film sont tirés ces dialogues ?

Message par Montparnasse »

Un monument ? Oui... C'était surtout un acteur de théâtre. Il est mort brutalement peu après Knock (1951). Le réalisateur du film était Guy Lefranc. Et l'acteur et metteur en scène de la pièce c'est... à toi de le dire !
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4046
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: De quel film sont tirés ces dialogues ?

Message par Montparnasse »

En attendant, je vais t'achever définitivement (est-ce un pléonasme ?) avec les dernières répliques que j'avais notées :

« — L'insomnie peut être due à un trouble essentiel de la circulation intra-cérébrale, particulièrement à une altération des vaisseaux dite en "tuyau de pipe". Vous avez peut-être, Madame, les artères du cerveau en "tuyau de pipe".
— Ciel ! En tuyau de pipe ! L'usage du tabac, Docteur, y serait-il pour quelque chose ? Je prise un peu... »

« — L'insomnie peut encore provenir d'une attaque profonde et continue de la substance grise par la névroglie.
— Ca doit être affreux ? Expliquez-moi ça, Docteur.
— Eh... Représentez-vous un crabe ou un poulpe ou une gigantesque araignée en train de vous grignoter, de vous suçoter, et de vous déchiqueter doucement la cervelle.
— Ooooh ! Il y a de quoi s'évanouir d'horreur ! »

(...)

« — Ce doit être absolument incurable ? Mortel ?
— Mais non, mais non...
— Ah, il y a un espoir de guérison ?
— Mais oui, à la longue...

(...)

« — Mais, de quoi peut-on guérir ? De la chose en tuyau de pipe ou de l'araignée ? Car je sens bien que dans mon cas, c'est plutôt l'araignée ! (elle pose son index sur sa tempe) »

__________________________

« — Par elle-même, la consultation ne m'intéresse qu'à demi. C'est un art un peu rudimentaire... Une sorte de pêche au filet. Mais le traitement, c'est de la pisciculture. »

(...)

« — Est-ce que dans votre méthode, l'intérêt du malade n'est pas un peu subordonné à l'intérêt du médecin ?
— Docteur Parpalet, vous oubliez qu'il y a un intérêt supérieur à ces deux-là.
— Lequel ?
— Celui de la médecine !»

(...)

« — Vous me donnez un canton peuplé de quelques milliers d'individus neutres, indéterminés, mon rôle c'est de les déterminer, de les amener à l'existence médicale. Je les mets au lit et je regarde ce qui va en sortir. (...) Rien ne m'agace comme cet être ni chair ni poisson que vous appelez un homme bien portant. »

(...)

« — Que voulez-vous, cela se fait un peu malgré moi, dès que je suis en présence de quelqu'un, je ne puis pas empêcher qu'un diagnostique s'ébauche en moi, même si c'est parfaitement inutile et hors de propos. A ce point que depuis quelque temps, j'évite de ma regarder dans la glace. »
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Répondre