En collier

Répondre
Avatar du membre
Liza
Grand condor
Messages : 1533
Enregistré le : 31 janvier 2016, 13:44
Localisation : France

En collier

Message par Liza »

      En collier

— Lili, tu as pensé aux médicaments de Mme de Ferrière ?
— Oui, je suis passée à la pharmacie, je les lui monterai avec le chien. Il est où ? Rambo, Rambo, c’est l’heure de la balade.
Le réceptionniste me fait signe, le cabot est perché sur les genoux d’une jeune fille inconnue. Elle me regarde, ses yeux clairs contrastent avec sa peau brunie, ses cheveux noirs ondulés tombent presque jusqu’à la ceinture. Elle est très jolie. Sans hésiter le petit chien court vers moi, tout heureux.
— Rambo ? s’amuse la fille en riant.
Son nom n’a pas une grande signification, Rambo est un chihuahua d’à peine trois kilos, je ramasse la laisse qu'il traîne derrière lui. Rambo, est un dragueur, j’ajoute en retenant le chien qui tire vers la fille afin de quêter un supplément de caresses.
— C’est votre chien ? il est trop mignon.
— Rambo n’est pas à moi, je fais sa promenade, sa maitresse a du mal à marcher.
La fille me sourit gentiment, lorsqu’elle se baisse pour caresser le toutou, un beau collier coule sur sa poitrine, il brille de mille feux.
— En route Rambo, on y va !
— Je peux venir avec vous ? propose la belle, soudain intimidée.
— Si tu veux, tu peux tenir le monstre si ça t’amuse, fait juste attention à ne pas marcher dessus, il aime jouer entre les pieds. Passons par la sortie du personnel, c’est plus simple.
Sur le trottoir de l’avenue Pasteur, Rambo ne se formalise pas, il se fiche du changement de main et suit son parcours habituel.
— Je vais à la Poste déposer une lettre, ce n’est pas très loin.
— Vous travaillez à l’hôtel ?
— Je suis trop jeune pour travailler, je rends service. Toi, t’es en vacances ?
— Si on veut, maman fait la cure, je ne connaissais pas la région alors je l'ai suivie, mon père est resté à la maison.
La terrasse des Voiles est presque vide, je m’y installe, après une hésitation, elle s’assied face à moi. À peine a-t-elle posé ses fesses, Rambo saute sur ses genoux. Sacré cabot, il préfère les froufrous de la demoiselle à ma salopette pas très propre.
— Au fait, moi, c’est Lili, enfin Amélie et toi ? je demande.
— Iona.
— Iona, j’aime bien, c’est moins courant que tous ces trucs américanisés un peu chelou. Je ne t’avais pas encore vue, tu viens d’arriver ?
— Je dois rester discrète, nous partons demain. En vérité, je me suis ennuyée, dommage, je vous rencontre le dernier jour.
— Eh Lili tu penseras à changer l’ampoule de mon couloir, me rappelle une dame en m’embrassant, dans la foulée, elle embrasse aussi Iona surprise de cette familiarité, tu peux amener ta jolie copine si veux.
— Pas de soucis, je passe tantôt, promis.
Iona, gênée, regarde Rambo, le vilain, fait sa crotte au pied du palmier, juste devant la terrasse, c’est son coin. Je commande un diabolo, elle prend la même chose.
— Ne t’inquiète pas, je vais ramasser…
— Comment vous allez faire, vous n’avez rien ?
— C’est bon, tu me gaves, je ne suis pas la reine d’Angleterre, tu ne peux pas dire tu comme tout le monde, quel âge t'as ?
— Je n’aurai que treize ans bientôt, avoue-t-elle, presque désolée de sa jeunesse.
— J’en ai onze.
Je sors un sac plastique de ma poche, je ramasse la crotte, je roule le sac et je le dépose dans la poubelle.
— Comment vous… tu fais ça, tu ne te salis pas les mains ?
— Regarde, dis-je, je prends un autre sac, je glisse sa main dedans, voilà, tu es protégée, vas-y, tu peux en ramasser une, il y en a partout.
— Que fais-je maintenant ?
— Tu roules le sac et retirant ta main, c’est tout simple.
— C’est ce que font les infirmières avec les gants, maintenant je le jette dans la poubelle.

— Lili, t’as vu, tu es en photo dans le journal, me signale le patron des Voiles.
— Moi, tu rigoles ! je jette un coup d’œil au canard étalé sur le bar.
Je suis de profil, mais on me reconnaît bien, Iona est occupée à retourner le sac de crottes, je parcours l’article :

« Grosse frayeur à l’Opéralia, sur une banquette du salon, on a retrouvé le sac et le téléphone d'Iona abandonnés, mais l’adolescente et le collier symbole de la dynastie, demeuraient introuvables. Elle est réapparue deux heures après. Où était-elle ? notre photographe l’a surprise aidant une jeune Balarucoise à ramasser des crottes de chien.
Joli geste pour son Altesse Royale Iona, héritière du royaume de Lithiumie, qui inonde la planète de lithium. »

      Liza
On ne me donne jamais rien, même pas mon âge !
 
Ma page Spleen...
Avatar du membre
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4086
Enregistré le : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: En collier

Message par Montparnasse »

L'avenue Pasteur m'a fait tiquer une première fois, puis la cure ensuite m'a paru être une sacrée coïncidence. Tu as fait des recherches ! Sais-tu que Mam habite au 3 avenue pasteur ? smile
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.
Répondre