Les vents.

En vers ou en prose !
Avatar de l’utilisateur
Le Merle Blanc
Flamant rose
Messages : 489
Inscription : 22 décembre 2016, 20:46

Les vents.

Message par Le Merle Blanc »

Vents doux couchant les blés
Les arbres des forêts,
Qui décoiffent l'enfant
Ecument l'océan,
Qui poussent dans l'automne
Les feuilles aux teints mornes
Qui rugit dans les cours
Par d'affolants détours.

Vents soufflant, vents ténus,
Par plaines et par vaux
Poussant des trombes d'eau
Faisant pleurer les rus
Déborder les rivières
Abimant les chaumières;
Flirtant en courant d'air
Avec la neige, la pierre.

Vent dans les longs cheveux
D'un visage d'amour,
Soulevant le soyeux
De sa robe velours;
Vent d'une haleine douce
Discret sur une bouche,
Vent posé sur la couche
Sans aucune secousse.

Eole des amours
Vents des serments maudits,
Qui vous touchent le jour
Qui vous oublient la nuit;
Vents sur le paradis
Que l'on croyait béni
Sur des chemins de pluie
Noyés par le dédits.

Vent qui use ses dents
Sur les mots sur les verbes,
En longs sanglots chantant
Sur les harpes acerbes;
Vent des candides pleurs
Sur les yeux, sur les cœurs,
Vent aride et menteur
Sur l'arche du malheur.

Vent frileux, vent brulant,
Vent tricheur et moqueur,
Sous la plum' des nuages
Pour une image suave;
Caressant le bonheur
Au soleil des aimants...
Vous apprendrez mon cœur
Que tout n'est que du vent.

S'essoufflent les serments
Que l'on croyait fervents
D'être choyé toujours
D'un éternel amour,
Comm' dans l'automne, les vents
Chassent leur tapis roux
Sur l'estrade du temps
Dans les brumes du flou.

Tout chant se perd au noir
Un jour dans la mémoire,
Périssant tôt ou tard
Aux cordes du blizzard,
Dans le feu, dans les flammes
De l'ouragan des âmes
Au vent d'éternité
De l'oubli partagé.


Automne 2014
Le poète est un mensonge qui dit toujours la vérité: Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Montparnasse
Administrateur
Messages : 4014
Inscription : 04 janvier 2016, 18:20
Localisation : Balaruc-les-Bains (34)
Contact :

Re: Les vents.

Message par Montparnasse »

Je suis conquis ! Bravo, c'est finement exécuté. Tu nous entraînes dans la valse infinie des vents.
Quand les Shadoks sont tombés sur Terre, ils se sont cassés. C'est pour cette raison qu'ils ont commencé à pondre des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Le Merle Blanc
Flamant rose
Messages : 489
Inscription : 22 décembre 2016, 20:46

Re: Les vents.

Message par Le Merle Blanc »

Bonjour Montp et merci.
Comme je le signale, ce texte est déjà ancien; mais il m'a fallu reprendre quelques
vers qui je trouvais avaient mal vieilli.
Bonne journée à plus
Le poète est un mensonge qui dit toujours la vérité: Jean Cocteau

Répondre